College Druidique des Gaules

College Druidique des Gaules

Le son

Le son est le prolongement de la pensée, l’épée à double tranchant, l’aspect objectif et manifesté de la création. Il est le verbe créateur qui engendre chaque nouvelle période de manifestation, prend son essor à partir des 3 rayons, se propage dans le cercle et suit les tracés parallèles de la croix avant de regagner un point supérieur à celui du départ.

               Il se manifeste dans les cercles

               Il devient perceptible

               Il exprime

               Il contient

               Il affecte

               Il conditionne

               Il émane.

 

Il se manifeste dans les cercles :

- depuis le plus bas (Cytraul)

- dans l’évolution (Abred)

- dans la plénitude (Gwenved)

 

Il devient perceptible :

- dans un souffle, un bruit (Gobren, Anwv)

- dans un cri (Kenmil)

- dans les paroles (genre humain)

 

Il exprime :

- l’inquiétude, la douleur, le désespoir

- la connaissance, la joie, la certitude

 

Il contient :

- un univers, un système solaire, une planète

- une couleur, une note musicale, une puissance

- un chiffre, des lettres, un élément de la nature

 

Il affecte :

- la matière (atome, molécules, électrons)

- l’homme

- les différents plans (visibles et invisibles)

 

Il conditionne :

- la cohésion, l’attraction, la vie

- la répulsion, la désintégration, la mort

 

Il émane :

- d’une phrase passive, subjective (la pensée)

- d’une phrase active, objective (son propre domaine)

- de l’union de ces 2 aspects, résulte la manifestation.

 

Si notre civilisation sait surmonter le cap difficile qu’elle traverse actuellement, elle retrouvera la science sacrée du son qui était l’apanage des civilisations précédentes, mais à un niveau plus haut dans la spirale évolutive, autrement, le son la détruira. Pourtant, force est de constater que le son est employé d’une façon destructrice et cela peut entraîner de grandes catastrophes, voire, la destruction de notre planète.

 

Le son ne se répercute pas seulement sur le plan physique mais aussi sur les plans invisibles. L’homme l’ignore ou ne veut pas le prendre en considération. Ainsi, une explosion atomique ne perturbe pas que la terre et ses habitants, mais aussi les plans invisibles. Les entités qui peuplent ces plans ressentent, elles aussi, les effets du grondement atomique. De ce fait, en plus des forces de la nature, il pourrait y avoir des réactions très dures vis à vis de l’inconscience humaine.

 

De même, à un moindre niveau, nous trouvons toutes les nuisances qui émanent des différents sons émis par les industries, les moyens de transports routiers et aériens, la musique involutive*. Ces sons discordants se répercutent sur les plans invisibles. Le contraire est vrai également mais c’est chose rare de nos jours. L’homme est le seul dans la création qui émet le son d’une façon soutenue et presque continuelle, le seul qui peut le produire à l’aide d’instruments ou de procédés techniques, le seul encore à l’utiliser à des fins destructrices et, souvent, sans le savoir.

 

Le son, la parole, suit la pensée. Il aura un effet bénéfique ou nuisible. Un simple mot peut faire sourire, un simple mot peut faire souffrir. Ainsi, l’homme, par comparaison aux autres règnes, est porteur d’un pouvoir extraordinaire, il peut engendrer pour lui des conditions de vie favorable, comme il peut apporter la destruction, la haine, la violence**. C’est l’épée à double tranchant des sons. Ceux qui arrivent à maîtriser les sons, sont sur le chemin de la lumière.  Pour ceux-là, le véritable pouvoir est révélé au fur et à mesure de leur évolution. Ils ne gaspillent plus leurs paroles en des verbiages inutiles, mais ils économisent leur énergie dans un but bien plus noble. Le son devient alors un « mantra » Il ouvre les portes cachées des mondes invisibles. A un moindre niveau nous trouvons dans le mariage des lettres, une puissance cachée, une note, une couleur, un nombre, une vitesse vibratoire.

 

Prenons le terme « monde blanc » : M = maturité, O = ouverture, N = naissance, D = devenir, E = élévation, B = beauté, L = lumière, A = amour, N = naissance, C = cœur.

Dans la vieille langue des Celtes « Gwenved » : G = gloire, W = 2 fois le V de victoire, E = éternité, N = naissance, V = victoire (soit 3 fois dans le même mot) E = éternité, D = devenir. 

 

On peut, bien sûr, trouver d’autres interprétations, mais, dans l’essence du mot, du son, les mêmes lettres reviennent toujours car la vibration du son émis par la prononciation du Monde Blanc ou Gwenved est relative au beau, au bien, à la lumière, à l’immortalité consciente, à la victoire sur les 3 mondes, à l’amour de toutes choses vivantes.

 

Il y a des sons qui sifflent comme des serpents

Il y a des sons qui claquent comme des fouets

Il y a des sons qui résonnent comme des coups de tonnerre

Il y a des sons qui ouvrent les portes du divin.

 

                                    

DRUIDE /|\ GWEN MARC’H

 

 

Commentaires du Druide /|\ KadFeal sur ce pertinent texte de nôtre frère du CDG

 

* des études scientifiques ont démontrés que les animaux et même les plantes étaient sensibles à la musique, plus elle est harmonique et plus, par exemple, la production de lait augmentait chez les bovins et plus la croissance des plantes était rapide

 

** l’histoire, qu’elle soit passée ou actuelle, montre les effets destructeurs que des discours de haine peuvent entraîner.

 



30/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres