College Druidique des Gaules

College Druidique des Gaules

Paganisme "Druidique"

En l’époque actuelle, le paganisme est dans une rénovation qui doit être comprise comme une évolution des idées. Le Druidisme est une forme du paganisme. Le christianisme l’a combattu mais il est, lui-même, en décomposition. Pour sauver les aspects positifs du Christianisme*, le néo-paganisme les assimile. Il dépasse les conceptions dualistes de l’homme et du monde, il pense en homme et en totalité de la nature.

 

Le paganisme n’est pas la négation du sacré, il ne se confond pas avec l’athéisme et l’agnosticisme. Loin de désacraliser le monde, les païens le sacralisent, ils refusent la notion d’un Dieu unique  hors de ce monde, ils cherchent la «religion» dans un sentiment de plénitude. Le sacré est à la portée de l’existence humaine.

 

Pour les 3 religions qui se prétendent «révélées» : Judaisme, Christianisme et Islam, il est au-dessus et en dehors, il est le dieu tout-autre. Ces 3 religions considèrent que l’impiété du paganisme est de penser que, la création toute entière est le tout-autre donc, d’accorder une valeur sacrée aux choses de ce monde, choses que sont notre corps, notre esprit, notre patrie, nos racines.

 

La pensée en Occident peut-être interprétée comme une lutte incessante entre le paganisme spirituel et le monothéisme venu d’Orient. Cette lutte dure depuis deux millénaires. Dans ce combat il ne s’agit pas de revenir au paganisme dans ses formes anciennes mais de ressaisir notre tradition de façon créatrice. L’homme n’est pas que la nature, il est aussi créateur de culture, il est constructeur de soi, il est organisateur du monde. Il est aussi créateur de dieux et de déesses qui donnent un sens à la nature. Ces dieux et déesses enfantés amènent l’homme jusqu’au dépassement de soi, ils sont les modèles de sa propre élévation. L’homme dote la vie communautaire d’un sens «sacré» et, on sait, que le sacré implique des rites, importants pour les croyances car ils sont fondateurs.

 

Pour les Païens, il n’y a pas de péché originel ou héréditaire, il n'y a donc pas besoin d’un «rédempteur» Nous sommes construits par nos actes et par nos choix. Dans notre propre création nous accordons nous-mêmes une place à notre nature divine.  Seuls, de toutes les créatures, l’homme peut s’interroger sur son être, l’homme et l’Univers ne sont qu’un avec Dieu. Les Païens s’approprient la totalité de leur liberté, ils invitent à venir à eux Dieu, précédé de son cortège de dieux et de déesses**

 

Druide /|\ VOSEGUS

 

Source : Louis Pauwels (le droit de parler, 1981)

Notes du Druide /|\ KadFeal

 

* Quand on parle de Christianisme, il serait plus exact de parler de la religion «créée» par Saul de Tarse, plus connu sous le nom de St-Paul.

** Il est bon de rappeler que les Druides croyaient en une Intelligence ou puissance Universelle unique qu’ils nommaient respectueusement : l’INCRÉE, les dieux et les déesses n’étant que des représentations des forces attribuées à cette intelligence ou de forces naturelles présentes dans sa création.

 

 



13/08/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres